Le Fullmetal Forum Rpg

Vivez une aventure extraordinaire dans le monde de l'alchimie !
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 chambre Oro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: chambre Oro   Mer 12 Aoû - 21:59

Sasori,devancier d'un Gaara pour le moins désintéressé,s'avançait à pas légers dans un couloir supérieur,donnant l'impression d'effleurer à peine le sol et de glisser sur le marbre noir parcouru de veinules blanchâtres similaires à l'étendue filandreuse d'une toile d'araignée.(je vous assure qu'on peut le lire une fois sans reprendre son souffle.)

L'atmosphère oppressante de l'aile gauche du manoir était en partie due au fait que tout y était sombre,comme si la bâtisse elle même était en deuil.
Les murs lambrissés de pierre aussi noire que le sol,renvoyait le reflet de l'alchimiste marchant en tête,son visage pâle à peine déformé dans l'éclat poli du minéral.

Ils passèrent en silence devant une dizaine de portes de bois vermoulu et mat sur lesquels dansaient en un joyeux ballet désorganisé les halos dorés des bougies,formant la seule source de lumière-de vie- dans ce triste puits de ténèbres,lequel semblait pourtant les absorber.

La onzième leur livra le son étouffé de sanglots,d'une certaine manière,encore plus pesants que le silence qui les escortait depuis le hall d'entrée.
Le numéro était gravé dans le bois,ainsi que le mot "nénies",en lettres de feu,formant un contraste merveilleux d'antipodes de vie et de mort,de clarté et d'obscurité,de pulsations de veines de marbre et d'immobilité.

Sasori pivota d'un quart de tour et se retrouva face à une porte analogue aux précédentes,seul le numéro,propre à chacune leur donnait un semblant..d'identité?
Celle-ci portait le 3.

L'adolescent allait poser la main sur la poignée de bois sculpté lorsqu'un homme à la toison gris-argenté et aux yeux noir d'encre cachés derrière les verres de lunettes rondes apparut à l'extrémité du couloir,à l'opposé du duo.
Il s'approcha d'eux,s'adossa au mur l'air épuisé et s'épongea le front.

-Vous avez bien fait de m'appeler,maître Sasori...

-Comment va-t-il?


Kabuto leva les yeux vers le plafond qui lui renvoya son propre reflet,telle la surface sinistre d'un étang d'obsidienne liquide.
Le médecin fronça les sourcils.

-Il ne veut rien entendre,et pourtant...une fièvre hectique le tient cloué au lit depuis très tôt ce matin,il a aussi été pris d'une hématémèse et...

le jeune homme secoua la tête.

-Une diathèse infernale...et il se bute encore à refuser que je l'aide?
J'ai néanmoins réussi à lui faire avaler ma panacée...
Bien que toujours incomplète,elle est maintenant capable de faire repousser quelques membres coupés et de guérir les affections minimes...
Le seul risque que j'ai observé est une parésie dont les effets sont variables d'un individu à l'autre.
Cependant,il y a un risque pour que le cœur lâche,je devrais donc encore le veiller un peu...

Sasori marqua alors l'ampleur de sa compassion:

-Bien.

Il se tut un moment avant de s'enquérir de nouveau.

-Pouvons-nous le voir,maintenant?

Un pauvre sourire se dessina sur les traits tirés de Kabuto,lequel remonta ses lunettes sur son nez avec un soupir.

-Faites attention,c'est une vraie pile électrique...

Sasori poussa aussitôt la porte et fit quelques pas dans la chambre.
Et battit aussitôt en retraite de quelques mètres lorsqu'un serpent noir s'écrasa sur la paroi qu'il avait eu la présence d'esprit de créer aussitôt.

Le regard de Kabuto ricocha de Sasori au serpent noir qui sifflait de fureur puis à la main de Sasori appuyée contre le chambranle avant de parcourir la "porte" de fortune,prolongement du mur.
Il se surprit à admirer la rapidité des gestes de celui-ci ainsi que la vitesse d'exécution.
De toute sa vie,jamais il n'avait rencontré un virtuose de son ampleur.
Derrière la paroi de roche vitrifiée,l'ophidien sembla regarder Sasori en chien de fusil quelques secondes,cracha comme un chat furieux;exhibant sa denture dont chaque élément faisait approximativement la taille de la première phalange du garçon.

L'aglyphe se détourna finalement du petit groupe et glissa paresseusement dans la direction opposée.
Considérant la volte-face comme une invitation à entrer,la paroi d'obsidienne rentra dans le mur,à la manière d'une porte coulissante suite à une nouvelle apposition de la main du rougin (à mi chemin entre rouge et rouquin).

Il scanna la chambre des yeux et arrêta son regard sur une table sur laquelle était posé un livre à la reliure de cuir un peu défraichi et aux nombreuses pages cornées,au milieu d'un fatras de documents et de cartes.
Il sentit sa bouche s'assécher à la vue de l'objet.

Faisant abstraction pour le moment d'Orochimaru qui,la tête appuyée contre le battant de la porte fenêtre à résille de plomb,le regardait fixement;Il enveloppa le bouquin dans sa manche comme s'il s'était agi de quelque chose d' infiniment précieux et parla,sans même relever la tête.

Le serpent de près de trois mètres,lové aux pieds d'orochimaru,le fixait également de ses yeux topaze,tirant la langue de temps à autre.

-Arrête ça.

-"Regard mauvais interrogateur"

-Lorsque tu fais une moue sur la gauche,c'est que tu médis sur mon compte,Oro.
Toujours fâché?

-Pas le temps de me perdre en conjectures,et puis...mh...

-Vrai,alors pourquoi est-ce que tu t'énerves autant?
La seule chose que tu pourrais faire à présent c'est aider cette bande d'animaux à sauver ce qui reste de leur joyau perdu.
On ne peux plus rien changer,pigé?


S'ensuivit alors un échange presque palpable,voire même électrique.
Une tension que l'on pouvait ressentir et se passait aisément de mots.
Evidente,au vu de leurs positions respectives,adverses,leur ton mordant et leurs regards provocants au possible.

Ce fut Orochimaru qui explosa le premier.

-Je n'étais même pas conscient lorsque tu t'es lancé dans ce plan stupide!!!
Tu sais bien que mes doubles sont instables si je ne maintiens pas mon attention sur eux!
C'était vraiment irresponsable de faire ça,tu pouvais le voler ce stupide recueil,non??!
Imagine un seul instant qu'il soit arrivé quelque chose à...

Sasori leva le sourcil en accent circonflexe.

-Gaara? Réveille-toi un peu,il est immortel.

L'homonculus se leva et enserra ses bras autour de lui,geste commun aux gens qui ont froid.

-Oui mais si jamais..

Il secoua la tête de gauche à droite d'un air las.

-Tu agis peut être sous ordres,mais moi également.
Evite de me mettre des bâtons dans les roues la prochaine fois.

Le "plus jeune" exécuta une sorte de courbette et se retira avec un sourire hypocrite.

-Evidemment.
Prompt rétablissement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: chambre Oro   Jeu 13 Aoû - 21:14

Un mouvement. Furtif. Rapide. Calculé. Agressif.

Le tiers craniâl du corps relevé, le serpent cracha, dévoilant une paire de crochets semblables à des aiguilles. Des grosses aiguilles.
Avant de se jeter, la gueule fermée, sur la protection de roches volcaniques créée à point par l’alchimiste.

Il répéta le mouvement plusieurs fois de suite, si rapidement que l’ont pouvait à peine distinguer deux éclairs topazes perdus dans une nuée d’écailles sombres, chacun pourfendu par une pupille verticale tellement profonde qu’elle semblait capable de traverser la chair.

Son regard n’était pas humain. Il était froid, calculateur. Il le disséquait. Ses yeux étaient des bistouris qui tranchaient sans vergogne dans les chairs, des poinçons d’acier perforant son crâne. Avec la froideur méthodique d’un médecin légiste, il semblait découper les deux intrus en fines lanières.


Puis, l’ophidien s’en désintéressa et ondula latéralement jusqu’à l’autre bout de la salle, avec la très grande souplesse que lui conféraient ses quelques quatre cent vertèbres.

Il se lova aux pieds d’Orochimaru, dardant sa langue bifide de temps à autre, probablement à la recherche de quelques signaux chimiques perçus par son organe voméronasal.

Le regard de Gaara s’attarda un long moment sur l’homonculus à l’odeur de serpent.

La pâleur extrême de son visage émacié contrastait avec ses longs cheveux de jais.
De profonds cernes violacés ourlaient ses paupières.
Appuyé contre la porte fenêtre, les pieds étendus sur le côté, force était de constater qu’il peinait à se maintenir à la verticale, luttant contre le décubitus que lui imposait pourtant l’ataxie.

Gaara se surprit presqu’à ressentir une vague de compassion à l’égard de son vénéré maître.

L’adolescent s’avança de quelques pas, fixant le Serpent dans ses yeux clairs, comme hypnotisé par ce regard si fascinant, si magnétique…

Un courant d’air glacial, échappé de la fenêtre entrouverte, vint chanter dans ses cheveux roux.

Dehors, la nuit était opaque. Le ciel était lourd de nuages bas qui masquaient la lune. Ils s’étalaient comme des outres trop pleines, à la panse sombre et boursouflée.
Comme si un océan de suie avait décidé de se répandre sur les toits de la capitale.

Gaara repoussa une mèche rebelle derrière son oreille, reportant son attention à la scène qui se déroulait sous ses yeux.
Il assista à l’échange électrique dont il était témoin, sans interrompre ses aînés, étouffant cependant un gémissement de protestation lorsqu’il apprit que le Serpent s’était inquiété à son sujet.

Après quelques paroles faussement énoncées, l’alchimiste tourna les talons et s’avança d’une démarche féline vers la sortie.

Les pans de sa robe noire flottèrent derrière lui, frôlant les mollets du jeune garçon, qui, lui, resta immobile dans la pièce aux murs blancs, éclairés par des néons.

Le Serpent sembla se détendre, une fois le rougin (-______-‘) parti.

Ils se dévisagèrent tous les deux. Un silence gêné s’installa.

Le rouquin décida de rompre la glace, lâcha simplement un « content de te revoir. » et vint s’assoir au côté de son maître.
Un sourire inquiet se dessina au coin de ses lèvres, tandis qu’il l’observait d’un air quelque peu interrogateur.

Il aurait probablement aimé engager la conversation, mais ne savait tout simplement pas quoi dire. Il faut avouer qu’il avait de sérieuses lacunes, de ce côté-là…

Il brisa finalement le silence, de façon quelque peu maladroite :



- « Orochimaru...Qu’as-tu donc bien pu faire pour se retrouver dans cet état, hm ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: chambre Oro   Lun 17 Aoû - 21:00

"Content de te revoir".

Quinze secondes de flottement,peut être plus.

Le silence s'était solidifié autour d'eux,chape de glace que Gaara fit fondre d'un seul mot.
L'éphèbe vint s'asseoir aux côtés du serpent et leva son visage pâle vers lui,avançant la question épineuse à laquelle Orochimaru réfléchissait depuis près de quatre jours,déjà.

-« Orochimaru...Qu’as-tu donc bien pu faire pour se retrouver dans cet état, hm ? »

-Han...

la puissance de l'affirmation n'ayant en aucun cas étanché la curiosité du rouquin,lequel le regardait toujours fixement,le "mis dans cet état",se redressa et se leva avec lenteur.

Il se dirigea vers la table jonchée de documents divers,se saisit d'un fusain et d'un cahier qui avait le malheur de traîner là.
L'akatsukien se laissa tomber sur le lit puis se pinça l'arrête du nez,les yeux clos et la respiration stertoreuse.

Au terme d'une flopée de marmonnements inintelligibles,il regarda fixement la double page vierge ouverte sur ses genoux et mâchonna son fusain.

-Ok,gnexchample.
Mhhh,Ch'est...enfin,c'est (cessa de grignoter l'instrument) mon lot de me retrouver comme ça tous les cinq ans,en moyenne.
Ce que j'ai fait?...Je vis à ma manière.
En fait,on peut avancer que je paie les pots cassés au prorata de ma cupidité.

Sa main se mit à décrire des courbes sur le papier,puis entama une danse si rapide qu'elle donnait le tournis.
Il s'arrêta en même temps qu'il cessait de parler,considérant les traits d'un oeil critique.
Il n'effacait pas,n'hésitait pas. Il réfléchissait puis agrémentait,un léger sourire au lèvres.

-Mais comment me plaindre?C'est un peu le"sui generis"qui me colle à la peau.
Mhh,désolé,ça ne répond pas à ta question...on me reproche souvent mes atermoiements.

Donc...si j'osais,je dirais simplement que j'ai changé d'enveloppe corporelle,hé oui,certains n'ont pas la chance de connaître la vie éternelle associée à un autre concept,qui,on s'imagine souvent,va de pair avec elle.

Pour moi,malheureusement,ce n'est pas le cas.

La vie et la jeunesse immuable. J'en possède une mais pas l'autre,bien que d'un certain côté,je sois doté de la capacité de pallier légèrement à ce manque,il se trouve que ce n'est pas sans inconvénients.

Le serpent secoua la tête en signe de dénégation.

Ici,il s'agissait plutôt de garder les idées claires,tout occupé qu'il était à batailler avec cette torpeur insidieuse qui l'avait emporté durant près de vingt-quatre heures.
Après tout,on lui avait fait très justement remarquer qu'il n'avait plus dormi depuis neuf ans.

-Enfin,je t'en ai déjà parlé,bien qu'en survolant les points principaux.
Je dirais que ça dure plus ou moins trois jours en général durant lesquels...Je suis semblable à n'importe quel humain.

La durée est différente d'un corps à l'autre et de leur réceptivité propre.
Celui que j'ai pour le moment se situe -presque- dans la norme,normalement je serai de nouveau dispos demain.
Bien qu'aucun ne m'ait jamais fait tomber malade jusqu'à présent,déclara-t-il sobrement.

Malheureusement,je me retrouve dans un état similaire lorsqu'après un certain temps,l'angeion,le réceptacle,me lâche complètement.
C'est pour ça que j'ai été contraint d'agir aussi rapidement,le dernier,arrivé à terme a vieilli de cinquante ans en une demi-heure à peine. Spectacle assez intéressant et impressionnant,cela dit.

L'homonculus leva les yeux sur Gaara et admira le fantastique dichroïsme que faisait naître dans les prunelles du garçon la lumière d'une nouvelle lune fantomatique et bedonnante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: chambre Oro   Lun 24 Aoû - 21:42

Le flot de paroles et d'informations au sujet de l'homonculus se déversait, comme un torrent.

Oui, un torrent.
Et vous le voyez, n'est ce pas ? Ce torrent de montagne... Un torrent chargé d'une eau bouillonnante....
Une eau écumante, tumultueuse... Une eau sauvage avec beaucoup de force mais peu de profondeur. Bruyante, assourdissante...
Un rapide de montagne écumant.

Et vous pouvez entendre le grondement de cette eau, qui coule dans un bruit sourd ,mal canalisée.
Et peut être même pouvez vous apercevoir des branchages arrachés aux arbustes des berges, emportés par le courant avec une violence incroyable.

Une eau déchainée, agressive....Une eau grondante.

Un courant qui emporte tout sur son passage et dont il semble impossible de résister.

Et tout en restant sur cette montagne, depuis cet endroit tranquille, face au torrent, il est possible que vous vous projetiez dans un autre endroit...parce que vous savez qu'il est possible d'être là, en même temps qu'ailleurs, et d'être ici en même temps que là, et même d'être ailleurs en même temps qu'ici.

Et tout en restant devant le torrent, vous pouvez vous imaginer plus loin, dans la vallée.
Un endroit ou ce même torrent tumultueux s'est bien assagi.

Il est devenu rivière...
Et vous, vous êtes tranquillement étendu devant ce torrent, vous imaginant là, devant cette rivière.

Une eau calme qui s'écoule régulièrement, une eau qui s'en va tranquillement vers la mer.

Le clapotis tranquille des vaguelettes qui viennent lécher les berges dans un murmure apaisant...

Oui, Gaara buvait ses paroles.
Il était comme hypnotisé, suspendu aux lèvres de l'homonculus, bercé par sa voix suave.

Et lorsque celles-ci cessèrent de remuer, toute l'eau dont s'abreuvait l'esprit du rouquin s'était évaporée.
Le silence avait emporté une à une chacune des merveilles de cette corne d'abondance, laissant place à un désert stérile et vide.
Car même un torrent d'eau vive ne pourrait rassasier le désert aride et asséché de son esprit... Un désert dans lequel on se sent usé, fatigué.

C'est sans doute dans de tels moments que la lassitude peut s'emparer de nous, que son venin sournois plonge dans nos veines, véhiculant à travers notre corps l'insidieux poison du renoncement.
On aimerait alors que l'immortalité ait une fin.

Alors le rouquin plongea ses yeux dans ceux d'Orochimaru, probablement à la recherche d'une quelconque goutte d'eau qui pourrait un temps soit peu calmer la soif insoutenable de son désert.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: chambre Oro   Mer 16 Sep - 21:57

Occuper un corps d'emprunt,même un petit,est particulièrement éreintant.

Orochimaru tendit l'oreille,attentif aux bruits de pas décroissants des deux hommes et aux chuchotements étouffés que ceux-ci abandonnaient dans leur sillage.
Ils ne faisaient de toute évidence pas son panégyrique. Qu'importe.

Gaara quitta sa place près de la fenêtre et vint s'asseoir près de lui.
Les yeux d'or du serpent rencontrèrent ceux turquoise de son compagnon qui brillaient dans la semi- pénombre.
L'homonculus continuait de le fixer,s'attendant probablement à le voir se lancer dans une nouvelle élocution passionnée.

On compare souvent les yeux à des miroirs.
Beaucoup nous déprécient,moins nombreux sont ceux dans lesquels nous trouvons un reflet valorisant de nous-mêmes.
Ces derniers surtout,valent la peine qu'on s'y attarde.

En effet,en poussant plus loin la comparaison,nous pourrions même avancer que deux "bons" regards se croisant,à l'instar de miroirs parallèles,reflètent l'image des centaines de fois en une perspective infinie.
Cette réalité nous offrirait donc une multitude de chemins et de possibilités différentes,nombre d' aspects que nous n'aurions ne fût-ce un instant pu concevoir;tout cela à découvrir uniquement dans le regard d'une tierce personne.
Deux illusions qui s'appelaient l'une l'autre et n'existaient pour l'une et l'autre que par l'une et l'autre.

Voilà ce qu'Orochimaru voyait,et la raison pour laquelle il aimait tant se plonger dans les yeux de Gaara de longues minutes durant.
Il y apercevait tant de choses...
L'aîné déposa à son côté l'esquisse inachevée tandis que sa main droite se saisissait délicatement du menton de Gaara.

Lorsqu'il n'y a plus rien à faire,que peut-on encore faire?

Il reprit d'une voix au inflexions douces et caressantes,alors qu'un sourire se dessinait sur son visage,inexpressif,impalpable;élusif.

-...Mais je suis fatigué de ces gloses à n'en plus finir...

Il semblait tout à coup bien loin de la pâle apparence qu'il affichait cependant encore il y a quelques minutes;et la poigne étroitement serrée,étau de glace qui s'était refermé sur le poignet de l'homonculus des sables,était tout sauf faible et gauche.
Les doigts ciselés d'orochimaru descendirent paresseusement jusqu'à la gorge du garçon et en suivirent les contours galbés avant de s'arrêter sans aucune hésitation à la limite séparant le col de la peau pâle.
Il pouvait sentir la jugulaire palpiter,le sang pulser d'un rythme qui s'accélérait de seconde en seconde.

-Je doute ma faute rémissible...,marmonna-t-il,plus pour lui même.
Il se préparait à ajouter quelque chose,mais secoua la tête,résigné et marmonna les mots à mi-voix,trop bas pour que quiconque ait pu les entendre.

Obéissant à une soudaine impulsion,Orochimaru se pencha sur la gorge de l'adolescent,cherchant le goût et la douce odeur rassurante de l'humeur rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: chambre Oro   Jeu 17 Sep - 20:30

Un frisson lui parcouru l'échine lorsque les doigts froids de l'homonculus descendirent le long de son cou.
Gaara regarda le Serpent se pencher vers sa gorge. Vous savez, comme dans ces rêves, où l'on peut observer toute la scène au ralenti, où on la subit, mais où l'on est parfaitement incapable de réagir.

Quelque chose en lui- probablement son instinct de survie, vous me direz, - lui hurlait de réagir, pourtant, il était comme paralysé, le regard figé sur les canines immaculées d’Orochimaru, qui s'approchaient inexorablement de sa gorge.

Un gémissement étouffé s'échappa des lèvres de l'adolescent lorsque les dents glacées percèrent sa peau, pour venir se loger dans sa jugulaire.

C'est précisément à ce moment, qu’il fut enfin libéré de cet envoutement, c’est à dire une fraction de seconde plus tard, quand le venin du Serpent se déversa dans son sang.

Ses yeux s'agrandirent et ses pupilles se dilatèrent. Sensation de brûlure intense. Il cambra les reins, se tordit dans tous les sens et planta profondément ses ongles dans le lit.

L'impression grandissante qu'une barre de métal chauffé à blanc se rependait dans tout son corps, brulant tout sur son passage. Il mordit dans ses lèvres, d’où un filet de sang -probablement mélangé à de la salive- s’écoulait, pour étouffer un gémissement qui se mua bientôt en hurlement. Oui, il hurla, hurla de tout son être, se tordant dans les bras de l'homonculus qui aspirait toute son énergie vitale, imperturbable.


Il pouvait sentir l'afflux sanguin, incapable d'alimenter son cerveau en oxygène, absorbé par Orochimaru.

Au bout de quelques minutes, il refusa de lutter contre la souffrance, et s'y abandonna dans une sorte de transe.

Son champ de vision se rétrécit jusqu'à se réduire aux bras d'Orochimaru, qu'il avait sous le nez.

Il se souvint juste d’avoir senti tous ses muscles se relâcher, et sa tête retomber sur le coté, puis, tout devint noir. Tout noir. Très noir. Une nuit sans lune, à peine éclairée par quelques petites étoiles.

Était-il...mort ? Ou inconscient ?

Encore une fois, il était seul. Tout seul...

Jusqu’à ce que…. Un point lumineux vint bouleverser cette solitude. Il grandit, grandit, semblable à un météore traversant cette nuit noire. Il brillait tellement qu’il en aveuglait Gaara, masquant les pâles étoiles qui illuminaient son ciel.

Quelle était donc la nature de cette chose ? Gaara tendit la main vers elle, et s’étonna de rencontrer une résistance. Bien que probablement immatérielle, l’orbe lumineuse appuyait contre sa paume comme l’eau d’un torrent, et croissait à mesure qu’il avançait. Il força pour entrer en contact avec le centre de l’entité. La lumière s’intensifia encore, éblouissant le rouquin. Quelque chose s’anima au centre de la sphère. Une présence s’insinua en lui, balayant ses défenses qui ne pesaient pas plus qu’une feuille morte au vent d’automne.

Il sentit l’intrusion de l’âme de feu qui examinait ses souvenirs, passait de l’un à l’autre à la vitesse d’une flèche.

Comment pouvait-elle démêler tant d’informations aussi rapidement ? Tandis que la conscience l’étudiait, Gaara tenta d’en apprendre un peu plus sur sa nature. Un flot de souvenirs l’envahit. L’image d’un petit garçon aux longues mèches noires s’insinua en lui. Puis il grandit, grandit, jusqu'à devenir….l’Orochimaru qu’il connaissait à présent


Dernière édition par Gaara le Ven 18 Sep - 8:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: chambre Oro   Jeu 17 Sep - 20:59

Orochimaru sentit Gaara qui s'agitait en hurlant,et raffermit sa prise sur le garçon,lui tordant le poignet juste assez pour manifester son mécontentement.

Il percevait tout ce qui se passait autour de lui comme dans un rêve,irréel...
Tous les sons semblaient si assourdis...

Je déteste vraiment cette impression de sentir ma conscience s'envoler à chaque fois.

A présent,il ne ressentait plus que les battements affolés du cœur artificiel de l'homonculus entre ses bras.
De longues mèches glissèrent sur son visage,masquant de moitié un fasciès androgyne,appartenant à un être assez jeune,ne devant pas être âgé de plus de seize ans.
Ses iris habituellement couleur ambre étaient ici recouverts d'une membrane bleu nacré et les lèvres écarlates laissaient entrevoir des crocs immaculés enfoncés profondément dans la jugulaire de sa victime.
La tension se relâcha tandis qu'elle s'évanouissait,mais le serpent ne sembla pas y faire attention,tout occupé qu'il était par son macabre repas.
Les barrières érigées afin de protéger le garçon du monde extérieur se fissurèrent au moment même ou il vint les effleurer...De plus,la conscience de l'homonculus vint elle-même à lui...
Pressé d'en finir?

L'esprit d'Orochimaru,semblable à un carrousel de couleurs chatoyantes,un melstörm sur base d'une cacophonie de voix,sons lancinants et hétéroclites,s'engouffra sans hésiter au travers des fissures.

Une avalanche de souvenirs et de pensées déferla dans sa tête,venant enrichir son étourdissante collection d'une existence de plus.
En quelques secondes seulement,toute la vie de Gaara défila devant ses yeux...solitude,colère...et de loin,souffrance.

Il s'en imprégnait,les ressuscitait,les animait,les vivait.
Il les examina un à un,ce qu'il faisait plutôt rarement.
D'habitude,c'était plus le goût du sang que celui des souvenirs qui avait le mérite de capter son attention.

Au lieu d'être complètement inhibé et de s'ouvrir totalement à Orochimaru,l'esprit de Gaara restait tout sauf passif.
On aurait dit...
Il se sentait poussé,inexorablement,comme le pôle nord d'un aimant qui ne peut résister à l'attraction magnétique du sud.
Les pensées de Gaara se superposèrent aux siennes,petit à petit...

Orochimaru savait qu'il venait de poser l'entame d'un jeu particulièrement dangereux,mais à bien réfléchir,il ne pouvait d'aucune façon se donner le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: chambre Oro   Lun 21 Sep - 20:29

Gaara voyagea dans les pensées d'Orochimaru pendant un certain temps. Je dis "un certain temps", parce qu'en fait il n'avait aucune idée du temps qui s'était écoulé. Quelques secondes ? Quelques heures ? Ou même quelques jours ? Comment pouvait-il le savoir dans le fond, hm ?

Des bribes du passé du Serpent se déversèrent dans sa tête. Il y avait tellement de choses à découvrir qu'on aurait facilement pu se perdre dans cet océan inconnu.

Au fur et à mesure qu'il en apprenait sur sa nature, Gaara avait l'impression d'être écrasé par l'esprit d'Orochimaru, qui passait lui aussi chacun de ses souvenirs au peigne fin. Des souvenirs enfouis, qu'il aurait pourtant mieux valu ne pas réveiller.
Pourtant, il ne voulait pas résister. Il ne le pouvait pas, et c'aurait été stupide d'essayer. Tout simplement parce qu'on ne peut rien faire contre l'inéluctable.

Alors, il s'abandonna à l'orbe lumineux, s'écrasa à sa surface, comme une épave sur le fond d'un gouffre marin.

..........................................................................................................

La tête de Gaara pendait mollement en arrière, tandis qu’un filet de sang s’écoulait des deux trous béants dans lesquels étaient enfoncées les canines du Serpent.

Ses paupières étaient ouvertes sur deux iris d'un bleu vitreux....
Des iris qui ne renvoyaient aucun éclat. Des iris qui semblaient tellement...vides.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: chambre Oro   Dim 27 Sep - 20:23

L'un des derniers souvenirs en date de Gaara, à savoir celui où il se penchait sur sa gorge pour le mordre,s'imposa à lui avec la force d'un coup de fouet.
Dans un éclair de lucidité,il se rétracta et retira ses crocs de la gorge de Gaara.

Il leva la main à hauteur de son visage et posa deux doigts sur ses lèvres.
Lorsqu'il baissa les yeux,elle tremblait légèrement.
C'était rouge et chaud...


Il sentait encore son coeur battre...
Doucement...
Avec peine mais...

Orochimaru déserra son étreinte et examina son visage.
Gaara,le teint hâve pendait toujours comme une poupée de chiffon entre les bras de l'homonculus.
La tête rejetée vers l'arrière et les yeux clos,c'est fou ce qu'il semblait mort..
..Si ce n'est ce souffle,léger,presque imperceptible qui lui soulevait la poitrine.
Orochimaru passa l'index sur la marque noire,apparue quelques secondes auparavant,laissant une ligne écarlate sur la peau laiteuse de Gaara.

Les traces de morsure s'étaient guéries d'elles-mêmes grâce à l'action régénératrice de la pierre,mais celle-là ne disparaîtrait probablement jamais.
Il se sentait si vide tout d'un coup...
Lui possédant tant d'âmes qui ne cessaient de lui hurler dans les oreilles,
ces vestiges d'humains sacrifiés afin de créer un être supérieur,
pourquoi ne les entendait-il-plus?

Et puis,ces iris turquoise..
La vision de ces yeux atones lui fit l'effet d'un coup de poing dans l'estomac;

Elles revinrent tout à coup,..toutes d'un coup.

L'homonculus posa sa main droite sur sa tempe,secoué d'un long frisson.
Cette douleur intense qui lui déchirait la tête...
Il poussa un râle en se pliant en deux.
Pourquoi étaient-elles si insistantes soudain...


L'aiguille glacée qui allait et venait dans son crâne,reliant bribes de vie et souvenirs pour n'en faire qu'une seule et même étoffe finit par arrêter son douloureux mouvement.
Enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: chambre Oro   Dim 1 Nov - 21:24

Chaque souvenir, chaque image, chaque sensation, chaque élément provenant de l'esprit du Serpent s'infiltrait dans son esprit se surperposait pour en faire partie a part entière.

Toujours plus de souvenirs.
Plus.
Plus de pensées.
Plus,
Encore plus,
bien bien plus...et..

Non...
Non, ces voix...
Des poincons métalliques qui lui perforaient le crâne..
Non..sa tête pulsait comme une bombe...
Non...son cerveau..ETAIT une bombe...
Non..elle allait..elle allait...Exploser..


- NON !

La conscience ranima le garçon avec la force d'un coup de fouet.

Il semblait terrorisé, haletant d'une respiration rauque, comme s'il étouffait, épouvanté par un magnifique rêve qui c'était vraissemblablement transformé en un horrible cauchemar.

Son regard balaya la pièce d'un air affolé, avant de se poser sur Orochimaru.
Il poussa un soupir de soulagement, un peu comme un enfant rassuré par la présence de sa mère, avant de laisser sa tête retomber faiblement sur l'épaule du Serpent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: chambre Oro   Mar 15 Déc - 22:24

Orochimaru cueillit le jeune garçon dans ses bras et le serra contre lui, réprimant avec peine un sourire plutôt large.

Il caressa pensivement les cheveux du rouquin; avec hésitation tout d'abord, plus franchement ensuite.
Il était brûlant de fièvre et tremblait de tout ses membres, claquant des dents tandis que ses doigts s'agrippaient aux épaules de son bourreau avec frénésie.

Le serpent, lui, était réellement satisfait, son nouvel état dépassant toutes ses espérances.
La force vitale qu'il venait de soutirer à son compagnon lui donnait l'effet d'un coup de fouet au sang.
Ses idées étaient désormais claires, ses mouvement coordonnés et sa perception des choses accrue.

La palingénésie achevée était toujours un moment de bien être absolu,comme on en rencontre peu dans une vie; une renaissance totale, une évolution transcendante, le renouveau.

Dire qu'il aurait dû continuer à souffrir des heures durant avant de ressentir la nouvelle vie l'envahir s'il n'avait eu Gaara...

Le sang de son frère de race arrivait à point nommé.

Constatant que l'adolescent grelottait, secoué comme un vibromasseur, Orochimaru s'empara d'une couverture qu'il déploya sur les épaules de son cadet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: chambre Oro   Jeu 17 Déc - 23:12

Gaara semblait mettre toute son énergie à s'agripper aux épaules du Serpent, si bien que ses jointures en étaient blanchies.

C'est qu'il avait froid. Très froid...

Des frissons lui parcouraient l'échine tandis que l'homonculus caressait lentement ses cheveux.

Avait-il conscience que c'était à son bourreau qu'il s'agrippait, que c'était lui qui lui avait soutiré son énergie ?
Peut-être...Et puis, qu'importe ? Le Serpent semblait revigoré.
Grâce à lui. Grâce à son sang.
N'était-ce pas un prix à payer ? Et n'était-ce pas précisément à lui de le payer, ce prix ?
Et puis, qui ne serrait pas prêt à donner un peu de sa vie, de son énergie pour aider un ami, une personne aimée ? Peu importaient les conséquences, après tout... Peu importe si c'est à notre détriment, pourvu que l'autre s'en sorte, non ?

Pourtant....il avait quand même froid.
Un froid glacial. Un froid perçant, dur.
Un froid qui brûle les veines.

Il resserra d'avantage sa prise sur les épaules de l'ophidien.
La chaleur qui émanait du Serpent était pour lui comme une flamme au milieu d'une tempête de neige arctique.

Et vous, que feriez-vous si vous étiez pris dans une telle tempête ,avec comme seul espoir une flamme chavirante ?
Laisseriez-vous s'éteindre cet espoir, cette flamme, étincelle après précieuse étincelle, dans les eaux putrides du presque, du pas encore ou du pas du tout ?
Non, vous vous y accrocheriez jusqu'à votre dernier souffle, vous ne laisseriez pas périr cet espoir, n'est-ce pas ?

Gaara se blottit contre la poitrine d'Orochimaru, bercé par le battement régulier de son coeur artificiel, tandis que ce dernier déployait une couverture sur ses épaules.
Peu à peu, la tempête se calma, et les tremblements s'amoindrirent ,avant de s'arrêter enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Roy Mustang
[~Modo~] Général de division / The Flame Alchemist
[~Modo~] Général de division / The Flame Alchemist
avatar

Nombre de messages : 2820
Age : 25
Localisation : Central City
Emploi : chienchien de l'armée
Date d'inscription : 23/11/2006

MessageSujet: Re: chambre Oro   Mar 22 Déc - 15:13

[question, quand est ce que l'akatsuki compte nous faire son event ?)

________________
Technique de drague: Oxygene gentleman (voir par mp pour vous expliquer le principe)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://organization13.editboard.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: chambre Oro   

Revenir en haut Aller en bas
 
chambre Oro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Chandernagor, Françoise] La chambre
» Walt Disney World - Hôtels - Chambre 5 personnes
» ma chambre entierement relookee
» Le Capitaine Dadis Camara (Interview dans sa chambre à coucher).
» Votre chambre à vous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Fullmetal Forum Rpg :: Central City :: Le centre ville-
Sauter vers: