Le Fullmetal Forum Rpg

Vivez une aventure extraordinaire dans le monde de l'alchimie !
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cimetière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Cimetière   Mer 7 Fév - 18:07

Il y avait un cimetière à coté dont l'enterrement de Fabien Kaulitz :

~~ Enterrement de Fabien Kaulitz ~~

Le 9 février à partir de 18h30 !

______________________________________________________

Roy et charlotte arrivèrent à l'église :
Quand je repense à lui, ça me fait pleurer !
Elle commença à pleurer !Crying or Very sad
</SPAN></I></EM>


Dernière édition par le Ven 6 Juil - 13:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Roy Mustang
[~Modo~] Général de division / The Flame Alchemist
[~Modo~] Général de division / The Flame Alchemist
avatar

Nombre de messages : 2820
Age : 25
Localisation : Central City
Emploi : chienchien de l'armée
Date d'inscription : 23/11/2006

MessageSujet: Re: Cimetière   Mer 7 Fév - 18:16

Roy tapota l'épaule de charlotte

________________
Technique de drague: Oxygene gentleman (voir par mp pour vous expliquer le principe)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://organization13.editboard.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cimetière   Mer 7 Fév - 19:04

Elle le prit dans ses bras:
On peut partir maintenant Roy ?ça me déprime...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cimetière   Mer 7 Fév - 21:41

[c'est marrant vous êtes que deux!!^^]
Revenir en haut Aller en bas
Roy Mustang
[~Modo~] Général de division / The Flame Alchemist
[~Modo~] Général de division / The Flame Alchemist
avatar

Nombre de messages : 2820
Age : 25
Localisation : Central City
Emploi : chienchien de l'armée
Date d'inscription : 23/11/2006

MessageSujet: Re: Cimetière   Jeu 8 Fév - 13:24

[il devait pas avoiur beaucoup de connaisance]

Bon je rentre j'ai 2 ou 3 affaires a régler

________________
Technique de drague: Oxygene gentleman (voir par mp pour vous expliquer le principe)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://organization13.editboard.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cimetière   Jeu 8 Fév - 20:26

Elle le suiva !
Revenir en haut Aller en bas
Xemnas
[~Modo~] Homonculus de la mégalomanie
[~Modo~] Homonculus de la mégalomanie
avatar

Nombre de messages : 2078
Age : 100
Localisation : ...néant
Emploi : ... Grand manitou de l'org XD
Date d'inscription : 04/01/2007

MessageSujet: Re: Cimetière   Ven 6 Juil - 13:05

des types s'étaient refugiés dans le cimetière quand soudain des sortes de zombies a la tete rouge et horrible sortirent de terre les gens fuyrent puis tout d'un coup les zombies disparurent

zexion: Twisted Evil

________________
Je suis le Néant Incarné .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cimetière   Ven 6 Juil - 13:09

[Zombie ?! xD alice !lol! ]
Revenir en haut Aller en bas
Riku
Homonculus de la Destruction
Homonculus de la Destruction
avatar

Nombre de messages : 584
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: Cimetière   Mer 7 Mai - 17:13

[... ah le mess floodeur XD qui date d'il y a un bout de temps]

le mystérieux membre arriva dans le cimetière il tournait la tete comme s'il cherchait quelque chose


*apparement rien dans les environs*

hein ?!! s'exclama t'il

puis il vit alors un tombe enfin une simple pierre taillé grossièrement en forme de croix apparement on avait pas eu assez de sous pour faire une sépulture correcte sur la tombe était marqué: cî-gît Riku : ?-1914
il ne put s'empecher d'exprimer sa pensée tout haut
Non mais c'est quoi ce bordel !!

...

ah oui c'est vrai suis-je bête ... quoiqu'il en soit c'est une erreur a réparer

il toucha la croix de la main et la pierre sauta en mille morceaux détruisant la sépulture : il n'y avait plus que des bouts de pierre


en plus y a meme pas de cadavres en dessous

il semblerait que ce type savait qu'il n'y avait pas de cadavres alors qu'il n'avait pas essayé de creuser


Je suis curieux de savoir qui est le gardien de ce cimetière bah pas grave

le mystérieux membre sortit du cimetière

________________
Mon Pouvoir est sans limite !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Ziegler
[~Admin~] Homonculus de la Vie & de la Mort
[~Admin~] Homonculus de la Vie & de la Mort
avatar

Nombre de messages : 1376
Emploi : Bienfaitrice
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Cimetière   Jeu 16 Avr - 23:04

A la sortie de la bibliothèque, toujours en compagnie de Jean Havoc, son aimable serviteur, la jeune homonculus fut saisie d'un besoin instinctif dont les origines lui échappaient encore. Cependant, elle se laissa guider par son intuition, par ce désir brûlant qui lui était étranger. D'une allure pressée, Alice semblait se hâter en longeant les trottoirs et en traversant les rues, sa longue chevelure batifolant dans son dos, comme un sombre voile de satin, d'une brillance éphémère. C'est ainsi que cet appel inconnu, venu du fin fond de son esprit tourmenté, la mena jusqu'au cimetière. Elle demeura un instant immobile sous l'arche, faisant face à une longue allée, qui menait à une étendue d'herbe sèche, où s'alignaient harmonieusement des centaines, des milliers de pierres tombales au gris pâle et insolent. Le paysage n'était que désolation à ses yeux. Cà et là se dressaient de grands arbres, qui semblaient déjà à la porte de la Mort, dont les branches chétives et nues se tordaient par endroits. Les tombes se recouvraient peu à peu d'une mousse verdâtre, et les fleurs qui y étaient déposées chaque matin se fânaient peu à peu. De ses grands yeux sombres et expressifs, Alice contemplait la scène, dubitative. Si seulement ce lieu avait pu être plus gai, il aurait plus justement rendu hommage aux âmes errantes qui y reposaient en ce moment même. Quoi qu'il en fût, elle n'avait pas été guidée jusqu'ici afin de se lamenter sur le pauvre sort des défunts, au contraire. Au départ, elle ne comprit pas bien les raisons qui l'avaient poussée à se rendre en cet infâme endroit, mais après mûre réflexion, tout devint clair dans son esprit. Elle traversa l'allée d'un pas nonchalant, très calme et très serein, dans un silence absolu, afin de ne pas altérer la paix religieuse qui règnait en ce lieu saint. En seulement quelques pas, elle se trouva devant des tombes qui lui semblaient familières, et son tourment n'en fut que plus grand. Oui, ici gisaient les victimes de l'affaire Tsuhiya, cet incident affreux qui avait eu lieu dans un bar. Et tout cela par sa faute ... Les traits d'Alice se firent plus durs ; elle laissa ses paupières se fermer sur ses yeux noirs, puis s'agenouilla à même le sol humide.

- "Seigneur, accordez le repos éternel à ces âmes injustement condamnées, murmura-t-elle d'une voix feutrée, élevant sa prière jusqu'aux cieux. Permettez leur de trouver la paix dans cet Eden qu'elles ne méritaient pas d'atteindre si tôt."

L'homonculus se surprit à prier. Depuis quand était-elle croyante ? Depuis ce drame, certainement. La religion, auparavant, ne l'intèressait guère. Mais désormais, elle voyait cela comme un recours à sa souffrance, une chose à laquelle elle pourrait se raccrocher afin de ne pas se sentir sans cesse coupable, une chose qui lui permettrait d'absoudre ses fautes, ou du moins de les oublier. Ce poids sur ses épaules la dérangeait tant. Elle tentait tant bien que mal de ne plus penser à ces victimes qu'elle avait engendrées, mais ses efforts demeuraient vains. A jamais, ses péchés demeureraient gravés dans sa mémoire, lui rappelant à tout moment à quel point elle avait pu se montrer cruelle et sans pitié. Alice, les paupières éternellement closes, croisa ses bras sur sa poitrine. Son visage grave, son attitude solennelle, ne lui seyaient pas.

- "Pardonnez à la pécheresse que je suis. Je me repents de mes péchés, ressentez ma pénitence. Accordez-moi votre pardon, et permettez-moi de retrouver la paix ..."

La voix rauque s'éteint tandis que la brise soufflait, faisait doucement remuer les branches des arbres souverains. La prière d'Alice s'acheva par un gémissement empli d'affliction, et d'une tristesse sans nom. Preuve encore une fois que les sentiments des homonculus s'élevaient au même niveau que les sentiments humains, même si certains refusaient cette éventualité. La tristesse ayant laissé place à la colère, la jeune homonculus rouvrit vivement les yeux, puis frappa le sol de son poing. En observant ces tombes devant elle, sa culpabilité s'accroissait de minute en minute. Si seulement elle pouvait tout recommencer, et se montrer digne cette fois-ci ... Si seulement elle pouvait redonner vie à ces pauvres innoncents, qui n'avaient rien demandé ...

- "Quel fardeau ... Elle réprima un soupir. Non ... Je suis pathétique. Je ne cesse de me lamenter sur mon sort, mais le leur est bien plus à plaindre. Et de quoi puis-je m'apitoyer ? Tout est de ma faute."

________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fma-fan.goodforum.net
Jean Havoc
[~Admin~] Sous-lieutenant
[~Admin~] Sous-lieutenant
avatar

Nombre de messages : 243
Localisation : Au bout d'une cigarette et pas loin d'un briquet
Emploi : Militaire
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Cimetière   Dim 3 Mai - 16:45

Le lieutenant avait suivi Alice en silence. Pourquoi le cimetirèe ? Ce n'était vraiment pas un endroit approprié pour se reposer. Il secoua la tête de gache à droite pour se remettre les idées au clair. Il suivit du regard l'homonculus qui se mit à prier devant des tombes inconnues. Le militaire se tenait bien droit derrière elle et regardait tour à tour, autour de lui et la jeune femme qui se renpentait. Lui, il n'avait aucune croyance particulière. Il fallait à Havoc quelque chose de concret et le sous-lieutenant ne croyait qu'à ses supérieurs. Ses pensées s'attardèrent sur Mustang. Il était encore à l'Est, avec Breda, Hughes et Kaulitz, n'est-ce pas ? Jean aurait du les rejoindre depuis longtemps mais sa rencontre avec Alice l'avait empêché d'y aller. Il fallait d'ailleurs qu'il contacte prochainement le général de brigades, afin d'éviter de se faire passer un savon. Ou du moins se faire réprimander en avance. Il ne fumait pas pour une fois mais il faisait tourner nerveusement son briquet entre ses doigts. Alice allait-elle rester longtemps à se lamenter sur ces morts ? La jeune femme se mit tout sur le dos. Mais Jean savait que c'était faux. Il finit par s'accroupir à son côté et lui posa une main chaleureuse sur son épaule.

-"On ne devrait pas rester ici. Tu n'y es pour rien dans tout ça. C'est toi la victime. Il faut que l'on retrouve ses $ilver $tars."

Oui, le temps pressait. Plus vite ils auraient régler leur compte, plus vite Havoc se sentirait apaiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Ziegler
[~Admin~] Homonculus de la Vie & de la Mort
[~Admin~] Homonculus de la Vie & de la Mort
avatar

Nombre de messages : 1376
Emploi : Bienfaitrice
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Cimetière   Lun 1 Juin - 13:02

Alice s'emprisonna dans un mutisme sans fin. Les paroles d'Havoc sonnèrent faux à ses oreilles, le réconfort qu'il tentait de lui apporter de part ce geste de poser sa main sur son épaule demeurait vain. Elle restait stoïque, agenouillée face à cet océan grisâtre de marbre froid, noyée dans son propre désespoir, brisée de l'intérieur par une faille irrémédiable. Ses yeux noirs, dénués de toute émotion, fixaient inlassablement le sol, et l'homonculus, en ce moment-là, n'avait plus rien d'humain. Elle aurait pu s'apparenter à un simple pantin sans vie, qui n'a plus la force de se tenir debout. Tous ces événements atroces qu'elle avait tenté de garder au plus profond d'elle-même refaisaient surface d'une manière assez violente, et ces sentiments de colère, de tristesse, elle ne pouvait les réprimer, elle n'y parvenait plus. Tournant lentement la tête vers l'homme qui lui tenait compagnie, elle lui lança un regard glacial. La pétillante homonculus ne semblait plus que le reflet d'elle-même ; elle paraissait vaincue, l'échine légèrement courbée, le faciès morne, le regard vide, dérangeante dans son hystérie désespérée. Elle aurait voulu se montrer agressive, cracher ses quatre vérités à Jean, mais sa maîtrise l'en empêchait. Une bourrasque de vent fit danser sa longue chevelure d'ébène, et caressa le feuillage des arbres des alentours. Alice ouvrit la bouche, comme pour répliquer, mais aucun son ne sortit. Elle se contenta de laisser s'échapper un long soupir douloureux, qui imageait sa délivrance.

- "Moi ? Une victime ? Tu te trompes, assura-t-elle, résignée, en fixant l'homme dans le blanc des yeux. Regarde donc ces tombes. Est-ce alors une victime que tu vois en moi ? Non, certainement pas une victime, mais bel et bien un assassin."

Sa voix, calme et sereine, se brisa à cette dernière remarque. Elle refusait de perdre de nouveau la face, et, belle de dignité et de noblesse, elle se releva, couvrant les pierres tombales de son regard muré d'illusions, de chimères et d'utopie. L'indifférence l'avait auparavant glacée, mais désormais, la souffrance, la culpabilité prenaient sa place. Elle ne parvenait plus à se remémorer la personne qu'elle avait été auparavant, et elle traînait ses remords avec difficulté, tout en les intériorisant. Cependant, maintenant qu'elle se trouvait face aux victimes qu'elle avait engendrées, le déni n'avait plus sa place. La jeune homonculus murmura quelques mots incompréhensibles, qui se révélèrent être une prière. Une ultime prière, afin d'apaiser sa conscience si lourde de péchés. Suite à cela, elle fit volte-face, tournant le dos à Havoc, tournant le dos aux âmes déchues, tournant le dos au monde entier. Le sourire défait du soldat ayant perdu une bataille, et faisant vaillamment face à son destin, se dessina sur ses lèvres peintes, puis elle joignit ses mains dans son dos, leva les yeux au ciel, avec dans l'attitude cet espoir de rédemption.

- "Mais tu as raison. Tout cela ne me mène à rien. Je stagne, tandis que je devrais avancer. Peut-être m'ont-ils déjà pardonné cet égoïsme dont j'ai pu faire preuve dans le passé ... Peut-être qu'ils ne m'en ont même jamais vraiment voulu ..."

Alice se reprocha alors ce pathétisme baigné de faiblesse. Elle qui avait fait preuve de gaieté de coeur, et de flegme face à l'adversité, et à ses souvenirs qui la tiraillaient tant, lui retournaient l'âme, voilà qu'elle se laissait aller à des gémissements misérables, des couinements pitoyables, sans aucun intérêt profond. Mais il était désormais tant de se relever, de panser ses plaies, et de continuer son chemin, car il lui restait tant de belles choses à accomplir, même si elles pouvaient s'apparenter à un rachat. Et là, dans sa vive affection pour la vie, son aspiration au bonheur, elle remercia le Très-haut, elle remercia Jean, une main déposée à l'endroit où aurait frétillé le palpitant, si tant est qu'elle en avait un.

________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fma-fan.goodforum.net
Jean Havoc
[~Admin~] Sous-lieutenant
[~Admin~] Sous-lieutenant
avatar

Nombre de messages : 243
Localisation : Au bout d'une cigarette et pas loin d'un briquet
Emploi : Militaire
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Cimetière   Mar 7 Juil - 13:26

Un vent glacial s'engouffra sous l'uniforme du militaire qui frissonna. Ce temps reflétait l'attitude de son homonculus bien-aimée. Elle ne réagissait pas face à ses tentaives d'apaisement. En vérité, Jean ne savait plus quoi faire. Oui, elle avait tué des innocents, mais que pouvait-elle y faire ? Le mal était tombé. Tout ce qu'elle pouvait maintenant, c'était de faire le bien autour d'elle, de se faire pardonner. Ou tenter de demander le pardon. Cette femme avait tant changé. Et encore aujourd'hui, dans ce cimetière, le sous-lieutenant voyait devant lui tellement de visages différents. Celui d'une femme accablée par les fautes qu'elle avait pu commettre par le passé. Cet incident au bar, il s'en souvenait maintenant. Il avait pris soin de lire personnellement le rapport en détail, chose qu'il négligeait la plupart du temps d'habitude. Mais ce jour-là, ce jour où des innocents avaient perdu la vie à cause d'une seule femme cherchant vengeance, Alice n'avait pas été dans son état normal. Car quelque chose avait mué en elle. Peut-être sa rencontre avec le colonel Ziegler y était pour quelque chose ? Jean n'en savait rien et cette ignorance lui dévora le coeur. Par le passé, il savait toujours tout de sa tendre compagne. Tout ? Alors pourquoi cette femme si belle et si adorable s'était-elle faite si froidement exécuté par un mafieux ? Julia lui aurait-elle caché une quelconque information ? A ce moment, Jean dévisagea Alice, effrayé à l'idée qu'une partie de sa vie restait dans l'ombre et y resretait sans doute à jamais.
Alice se redressa. Finalement, elle avait compris qu'elle devait aller de l'avant, sans se retourner, oublier les erreurs du passé et les réparer peu à peu, avec ses propres moyens. Jean était bien placé pour le savoir. Maintes fois il avait du pardonner, oublier sans pour autant le renier. La jeune femme s'avança, une main sur son coeur absent et elle pria une nouvelle fois. Elle louait sans doute ce Dieu qu'elle semblait tant aimer. Mais Havoc ne dit rien, il aimait la voir apaisée, belle dans sa joie, baignée de cette lumière divine qui faisait d'elle bien plus qu'un simple humain ...
Le militaire se posa à ses côtés. Lui aussi il s'était redressé et avait croisé les bras, satisfait. Il posa un regard bienveillant sur Alice et lui dit doucement :

-"Je vais devoir y aller, maintenant. Le général va sûrement me demander où j'étais passé ^^"

Le sous-lieutenant commença à s'éloigner, son regard océan sans cesse posé sur Alice, l'invitant à quitter cet endroit lourd de mélancolie ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Ziegler
[~Admin~] Homonculus de la Vie & de la Mort
[~Admin~] Homonculus de la Vie & de la Mort
avatar

Nombre de messages : 1376
Emploi : Bienfaitrice
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Cimetière   Ven 10 Juil - 16:54

La chevelure d'Alice, lourde de tendresse, tourbillonnait autour d'elle, la couvrant d'un voile sombre, tandis que le vent soufflait, et l'on pouvait entendre dans ses murmures des milliers de voix. La jeune homonculus s'imaginait alors que ces voix feutrées, si délicatement chuchotée tout autour d'elle, n'étaient autre que les voix des âmes déchues qui la grâciaient, qui absolvaient ainsi ses péchés, tout en se substituant à Dieu. Cette seule idée parvint à la réconforter, et un sourire transperça sa carapace de mélancolie jusqu'alors imbrisable. Sa main fébrile, déposée sur ce coeur qu'elle n'avait pas, qu'elle n'avait plus, lui rappelait qu'elle n'était définitivement pas comme les autres humains, bien qu'elle se considérât comme tel. Autrefois, elle l'avait été. Mais maintenant, même l'équivalence n'aurait pu lui permettre de se racheter. Une vie pour une vie. La sienne était malheureusement imprenable. Les feuilles des arbres remuèrent doucement au contact de la brise ; sa robe évasive frétillait lascivement autour de ses jambes d'une blancheur crémeuse. C'est alors qu'elle fit volte-face, tournant aisément sur ses talons, et présenta son visage baigné de lumière à l'homme qui l'accompagnait. Celui-ci s'était approché d'elle, comme pour lui insuffler un soutien fervent, et lui souriait lassement. Dans ses yeux bleus brillaient une bonté sans limites.

Alice crut d'abord à quelques paroles salvatrices de sa part, lui qui n'avait pas dit grand-chose lorsqu'elle se détruisait à l'instant même, qu'elle se consumait dans sa faute. Seuls plusieurs mots maladroits, prononcés sans grande conviction, étaient arrivés à elle. Et cela, bien loin de l'apaiser, lui avait davantage fourni des raisons de se reprocher de tels actes. Elle plongea alors son regard merveilleusement sombre dans celui du militaire, ses deux grands yeux en forme d'amande plein d'espoir. Mais rien ne vint. Au contraire, Jean lui signala qu'il devait se retirer, et d'un regard entêtant, lui proposait certainement de faire de même. Tandis qu'il se dirigeait vers la sortie de ce temple de la mort d'un pas solennel, la jeune femme qui avait été Julia ne bougea pas d'un pouce. Elle se prit à sourire de façon mystérieuse, nostalgique. Elle venait de se souvenir que Jean n'avait jamais été réellement très doué avec les mots. Même à l'époque où Julia était en vie, les mots justes ne lui venaient que rarement. Et à ce moment précis, alors qu'elle pensait à Julia, un souvenir jaillit de sa mémoire, tel un jeyser ...

Flash-Back

A l'époque, Jean et Julia vivaient une idylle harmonieuse frisant la perfection. Lors d'un week-end où ni l'un ni l'autre n'avait de projet, le jeune homme avait prévu de conduire sa belle à la campagne, afin de pouvoir se ressourcer, d'échapper à sa célébrité naissante qui commençait d'ores et déjà à l'étouffer. La surprise fut de taille, et la jeune chanteuse lyrique comblée.

Pourtant, un beau matin, des tensions se firent sentir. Jean, désireux de voir Julia sourire, s'était mis en tête de lui préparer un plateau repas, et de filer chez le fleuriste lui acheter une rose. Une rose rouge, symbole de l'amour ardent et passionné. Cependant, lorsque celui-ci revint avec ledit plateau, où la rose avait été déposée bien en évidence, il trouva Julia debout au milieu de la chambre, l'air blême. Sa longue et lourde chevelure blonde, parsemée de boucles bien dessinées, tombait négligeamment de chaque côté de son visage. Elle ne s'était pas encore changée, et portait une chemise de nuit en soie, couleur aubergine, dont les fines bretelles découvraient des épaules délicates et blanches. La jeune femme lança à son compagnon un regard où se lisaient le désespoir et la dévastation. Jean, décontenancé, ne sut comment réagir. Comme ses mains tremblaient, il déposa le plateau sur la table la plus proche, et resta immobile en face de Julia, dans un silence religieux, la fixant du blanc des yeux.

- "Où étais-tu passé ? lança-t-elle, glaciale. J'avais peur que tu ne reviennes pas ... Je me suis réveillée seule, et je me suis inquiétée. Puis le téléphone a sonné ..."

L'homme demeura interdit. Désireux de savoir le fin mot de l'histoire, il invita sa compagne à poursuivre, mais celle-ci resta silencieuse dans un premier temps. Ses lèvres tremblaient. Ses yeux s'emplirent de larmes, que quelques battements de ses paupières gonflées parvinrent à chasser. Elle sanglotait, elle sanglotait même sincèrement. Sa poitrine se soulevait alors qu'elle cherchait à respirer désespérément.

- "C'était mon père. Il est très malade ... Il m'a dit ... Il m'a dit qu'il aurait aimé lui aussi voir la campagne ... Et je n'ai pas même songé à l'y conduire ..."

Jean savait à quel point la jeune femme tenait à son géniteur. Celui-ci était la seule famille qu'il lui restait, et sa maladie n'arrangeait pas l'état de Julia, qui ne cessait de se faire un sang d'encre. Désarçonné, Jean aurait dû la prendre dans ses bras, la réconforter. Mais il ne savait que faire. Alors, elle s'approcha de lui, se jeta contre sa poitrine, la martela de ses poings, se cramponna à lui de toutes ses forces, comme pour lui ordonner de la rassurer. Enfin, il put la tenir. Il l'entoura des ses bras forts, et sentait désormais tout son corps prit de convulsions saccadées. Bien que sa présence fût pour elle une délivrance, il ne trouva pas la force de prononcer ne serait-ce qu'un mot, et uniquement en la prenant ainsi dans ses bras, il parvint à l'apaiser ...

Fin du Flash-Back

Maudits souvenirs ... Alice se souvenait de son manque de répartie, mais sa douceur avait été sans égale. Elle signala à la cantonnade qu'elle le suivait, puis lui emboîta le pas de façon assurée, le regard brillant. Il était vrai, ce lieu, ce triste cimetière de Central City, lui paraissait bien trop déprimant désormais. Elle y avait été attirée, et maintenant, voilà qu'elle le fuyait. Elle songea qu'elle rejoindrait, tout comme Jean, la caserne militaire, afin d'y retrouver sa compagne. Sa présence lui manquait terriblement. Et là, en ce venteux après-midi, les deux jeunes gens qui étaient arrivés tristes et songeurs s'en allèrent tout sourire, des pensées et des souvenirs plein la tête.

Arrow

________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fma-fan.goodforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cimetière   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cimetière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cimetière de Montfort l'Amaury (*) (-->gal ph membres)
» Cimetière de MORETTE
» Cimetière du Dieweg
» Cimetière de Bogny sur Meuse (08)
» cimetière français de Buzy-Darmont

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Fullmetal Forum Rpg :: Central City :: Le centre ville-
Sauter vers: